dimanche 22 octobre 2017 ,
En direct :
Le co-branding quand les marques se disent « Oui ! »>>Les 10 commandements d'un graphiste freelance>>Zoom sur la publicité à fin humanitaire>>
Libre expressionA LA CROISÉE DU CHEMIN DE BOA MISTURA – LE COEUR DE SANTANDER
<
>

A LA CROISÉE DU CHEMIN DE BOA MISTURA – LE COEUR DE SANTANDER

C’est un jour parmi d’autres où l’on s’affaire à se perdre dans les rues espagnoles de Santander pour explorer la ville au-delà de ses adresses touristiques. Tantôt absorbant les perspectives qu’offrent les ruelles géométriques et colorées, tantôt s’imprégnant de l’atmosphère paisible qui règne dans le centre, devant nous, se dresse au beau jour une fresque emblématique : « Piensa con El Corazon » signée Boa Mistura. Réalisée durant le festival Desvelarte de Santander en 2013, par ce groupe de graffeurs , la Rue Peña Herbosa porte depuis un message qui se veut grand, clair et humain, à travers une oeuvre mystique qui sonne comme le bruit d’un amour pour l’humanité. On respire, plein poumons.

 

PIENSA CON EL CORAZON, EMBLEME DE SYMBOLE ET D’AMOUR

Rebelle, bohème, aux notes Old School et aux empreintes hétérogènes laissées là par ses créateurs, l’image se dessine sur un fond pastel, attendrissante. Dans le monde entier, le magenta colore les fleurs, l’encre noire contourne les mots, tandis que tilleuls et bruyères arborent les murs signés Boa Mistura. Doté d’une imprégnation culturelle différente pour chaque projet, c’est tout un cosmopolitisme que l’on retrouve dans les oeuvres et dans les idées de Javier et ses fidèles acolytes. La domination de motifs floraux contraste avec des dessins parfois futuristes plus contemporains et détaillés. Les mots, eux, sont forts, très forts « FUERZA », « VIDA », « RESPETO » ou encore « LUZ » ornent aujourd’hui des quartiers et des monuments jusque-là sombres et tristes.

« Piensa con el Corazon » – Pense avec le coeur

L’IDONEITE DU LIEU 

Boa mistura, cinq têtes, 10 mains, un seul coeur. Voilà comment en quelques mots, le collectif se décrit. Pourquoi parler d’idoneite ? Parce que le coeur de cette étroite rue du centre-ville, tout en se fondant dans un décor de béton et de murs, d’immeubles, de terrain vague, n’entache pas le lieu, en offrant aux résidents et passagers un message d’amour, un instant de réflexion. Ces poètes urbains donnent aux villes qu’ils traversent des envolées méditatives. Toujours en respectant le lieu, la communauté et l’histoire qui les entourent. Leur maxime ? «Rendre leur dignité aux espaces», être en adéquation avec celui-ci. Ce n’est pas l’expression individuelle d’un artiste ni le reflet d’une idée indépendante et solitaire mais celle d’un collectif, d’une collectivité.

« All you need is love » – Tout ce dont tu as besoin est l’amour, 

Chili, Colombie, Etats Unis (NY), Paraguay, Georgie, Serbie, République Dominicaine, Espagne (Madrid – Santander) - Sont autant de destinations durant lesquelles les populations locales se sont vues invitées à la réalisation de fresques inspirantes. Boa Mistura désire impliquer les habitants dans le changement, explique Javier, ce qui leur tient particulièrement à coeur. Ainsi, tous participent à la fierté d’un message commun, et l’oeuvre est respectée. Boa Mistura n’agit qu’après une réflexion poussée, murement réfléchie : ils étudient, rencontrent, discutent, comprennent l’environnement sur lequel ils veulent agir.

 

Face au mur de Berlin, deux personnages s’enlacent à la surface d’un immeuble, chacun d’entre eux, en gardant la preuve de leur propre passé sur leur peau, leur rappelant qu’un jour les a poussés à être différent. Un slogan œcuménique a été peint en marge du dessin : «Wir sind ein Volk.» «Nous sommes un peuple ». Le collectif via cette oeuvre retrace une histoire et reflète la victoire d’un peuple autrefois divisé, ayant eu la volonté et l’espoir d’être un jour de nouveau réuni.

Autre cas. Boa Mistura traverse l’océan pour rejoindre Sao Paulo au Brésil en 2012. Les mots « BELEZA », « FIRMEZA », « LOVE », « DOÇURA » et « ORGULHO » sont lus et encadrés par une couleur plate, couvrant également tous les matériaux de construction, démocratisant l’espace. Ces mots étaient pour eux le meilleur portrait de la favela. Avec l’aide des voisins et des enfants - toujours en tête, la favela revit de couleurs et de mots symboliques, finalement le meilleur moyen de renverser la situation pour trouver, sûrement, un peu plus de bonheur dans un quotidien difficile.

 

“Creemos que si te rodeas de un entorno bello, eso te deja un poso que te ayuda en tu día a día”

– Nous croyons que si tu es entouré d’un bel environnement, cela te donne un résidu qui t’aide de jour en jour. (Boa Mistura)

 

UNE AMITIE CONSTRUITE AUTOUR DE LA BOMBE AEROSOL

Depuis leur enfance, c’est autour d’une passion commune que gravite leur amitié, le graffiti. Loin du ballon, c’est la bombe aérosol qui les rallie les uns aux autres autour d’idées communes : redonner vie aux murs ternes, transformer la ville par l’art, créer des liens entre les personnes. Originaire de Madrid, le collectif artistique urbain Boa Mistura est créé en 2001. Composé de cinq jeunes hommes - l’architecte Javier Serrano « Pahg », l’ingénieur civil Rubén Martín « rDick », le publiciste Pablo Purón « Purone », et les diplômés aux beaux-arts Pablo Ferreiro « Arkoh » et Juan Jaume « Derko », le groupe d’amis se divise quant à leur activité professionnelle respective,  mais décide finalement d’arrêter leur formation pour fusionner leurs talents sous une même bannière : Boa Mistura - référence à Buena Mezcla - Bon mélange. Aujourd’hui basés sur Madrid, ces 5 artistes multidisciplinaires passent la majorité de leur temps en voyage, à chercher de nouveaux terrains d’expression, et de nouveaux projets.

« Born to be free » – Né pour être libre, « Love what you do » – Aime ce que tu fais

A LA RECHERCHE D’UNE REFORME POSITIVE

Invités par des institutions culturelles, des villes ou encore des organisations, ils parcourent le monde, toujours en s’ouvrant aux propositions faites et en s’octroyant le droit de refuser celles qui ne sont pas à leur convenance, «Il faut qu’on tombe amoureux de l’endroit, des gens et surtout qu’on ait l’intime conviction que notre intervention soit bénéfique, explique Javier Serrano, alias Pahg. Sinon, on préfère renoncer. D’ailleurs, on l’a souvent fait.»

UN ART QUI TEND VERS LE MURALISME

Avec la popularisation du mouvement du street art et de la professionnalisation de ses acteurs, le pochoiriste C215 évoque l’avènement du « Muralisme » dans un article de l’Obs. Vous me suivez encore ? Le Muralisme, pratique et mouvement artistique, consiste à réaliser des peintures murales à caractère souvent politique sur les murs des villes, en particulier sur les murs d’édifices publics. Alors en décryptant le travail de Boa Mistura, on comprend rapidement en quoi leurs œuvres s’en rapprochent.  A la base mode d’expression de l’histoire politique au Mexique - guerre civile, révolutions, le mouvement né dans les années 20 présente depuis de nombreux dérivés.

Autant politique que poétique, le collectif madrilène parcourt le monde avec la volonté de revigorer les consciences des quartiers défavorisés avec des fresques spectaculaires. Cette fois, on ne parle pas de guerre, mais l’on transmet des messages d’âme pour lutter pour ce qu’ils croient, ce qu’ils aiment et ce qu’ils désirent.

« Let us make an art that is not for ourselves, not for museums, not for prosperity, and certainly not for art’s sake, but for mankind ». Carlos Almaraz, muraliste.

Le coeur de Santander, aussi grand qu’il soit, serait presque métaphorique. On valide la philosophie de ce collectif artistique, plein d’amour.

 

 

FACEBOOK : https://www.facebook.com/BoaMistura

INSTAGRAM : https://www.instagram.com/boamistura/

TWITTER : https://twitter.com/boamistura

Par Manon Guillaud
le 20/06/2017

Nombre de commentaires0

A+A-

Vos commentaires (0)

Ajouter un commentaire