lundi 23 juillet 2018 ,
En direct :
Le Digital en Côte d’Ivoire >>Brand culture : développement d’une culture de marque>>Conquérir les millenials : un enjeu pour les entreprises !>>
Actualités de la communication« Allo maman ? Je viens de me faire newsjacker »
<
>

« Allo maman ? Je viens de me faire newsjacker »

A l’instar de François Damiens et son auto, l’actualité se fait « jacker ». Les auteurs de ces « vols », les community manager qui adaptent à leur sauce les news. Recette magique adorée par les communicants, le newsjacking vous fait sourire ou vous touche mais ne laisse jamais indifférent.

 

Quelle marque ne rêve pas de faire le buzz, améliorer sa visibilité et accroitre sa popularité ? Depuis plusieurs années, les marques utilisent la pratique du newsjacking pour communiquer de façon rapide et efficace. Cette méthode consiste à « dérober l’information », à détourner l’actualité à l’avantage de l’annonceur. Produire une campagne publicitaire ou sociale destinée à reprendre un évènement ou un contexte médiatisé. Pour ce faire, tous les canaux peuvent être employés, mais les réseaux sociaux sont généralement privilégiés.

Transformer à son avantage une actualité avant qu’elle n’atteigne son « pic de maturité »

Les réseaux sociaux, notamment Twitter s’accorde parfaitement avec cette forme de communication. Le format éphémère, concis et percutant que doit avoir un tweet reflète le principe du newsjacking. Transformer à son avantage une actualité avant qu’elle n’atteigne son « pic de maturité », pour faire parler de soi, augmenter son capital sympathie et développer sa communauté. La difficulté première réside dans la capacité à saisir l’occasion au moment opportun, la seconde s’entend lors du choix de l’information et la dernière touche au contenu. Il est très facile de s’égarer, un mot de trop, une mauvaise interprétation et on file droit vers le « Bad Buzz ». Tout l’inverse de l’effet escompté.

Prenez l’exemple des 3 Suisses avec leur désastreuse tentative de newsjacking face aux évènements de Charlie Hebdo en janvier 2015. La société de vente par correspondance a mal su apporter son soutien suite aux attentats. Interprété par les internautes comme un message à caractère commercial plus qu’un soutien aux victimes.

Un échec qui intervient quelques mois après un premier Bad Buzz, celui de la compagnie d’assurance Mister Assur. Suite au décès du PDG de Total fin 2014, la compagnie s’est essayée à un tweet risqué… Une erreur non sans conséquence.

Néanmoins, l’actualité fait fleurir des campagnes éphémères toujours plus inspirés les unes que les autres. Voici 10 campagnes de newsjacking intéressantes pour inspirer vos esprits toujours en quête de créativité.

 

Heineken réagit à la rencontre américano-coréenne entre Donald Trump et Kim Jong Un

Norwegian Airlines s’intéresse au divorce de Brad Pitt et Angélina Jolie

Snickers joue la carte de l’humour lorsque Luis Suarez a tenté de mordre un adversaire lors d’un match

Ikea s’offre le trône pour le mariage princier

Le slip français en a sous la ceinture lors de l’élection du président Macron

Oreo s’offre une campagne lumineuse lors de la coupure d’électricité intervenue au SuperBowl

Sixt profite des résultats de la campagne présidentielle 2017

Seat surf la vague espagnole de La Casa de Papel

Loué s’offre un calembour d’actualité à l’encontre de l’entraineur de l’équipe de France de football

Monoprix s’intéresse à l’actualité footballistique française

Bien évidemment, parmi toutes les marques, les champions du newsjacking sont Oasis.

 

 

 

Cédric Perret, étudiante SUP’DE COM en Bac+4 Manager de la Communication Stratégique et Digitale 

Par SUP'DE COM
le 10/07/2018

Nombre de commentaires0

A+A-

Vos commentaires (0)

Ajouter un commentaire